Publié dans Généalogie

Mission 2018 !

Petit point

Malgré un échec quant à la finalisation de mon ChallengeAZ en cette année 2017 et une année monotone côté recherche, quelques joyeuses découvertes ont su parsemer ma petite balade généalogique. En particulier, la découverte d’un acte de mariage dans les archives disparues de Paris !

L’épine n’est plus…

Ce fameux acte de mariage m’a permis d’enfin obtenir la date d’union de Félix Cornée et Cécile Viel. Bien que j’attende toujours de recevoir l’acte religieux afin de véritablement confirmer ce point, je reste confiant. J’ai épluché les registres de mariages aux archives d’Ille-et-Vilaine (département de naissance des deux tourtereaux), j’ai effectué des recherches sur les différents sites et même l’indexation de Filae ne m’avait permis d’élucider ce grand mystère.

Après une discussion avec Juloz sur Twitter, j’ai repris mes recherches en utilisant « abusément » des jokers dans les noms. Finalement j’ai fini par trouver un acte dans les archives reconstituées de Paris. Mais pourquoi Paris ? J’ai lu, il y a quelques temps de ça, que les couples provinciaux pouvaient se marier à Paris lorsque la future femme tombait enceinte hors mariage. De cette manière, ils n’étaient pas, en tout cas moins, confrontés à la vindicte populaire. A cette époque tout le monde se connaissait dans les villages. Et il se trouve que Cécile a accouché d’un petit Félix le 26 juillet 1849 à Rennes tandis que le mariage aurait été célébré le 27 février 1849. Je ne suis pas une sommité en mathématique mais pour l’époque accoucher au mieux d’un enfant de 5 mois ne devait pas être une chose très coutumière. J’ai contacté l’église où le mariage semble avoir eu lieu afin de pouvoir valider ma recherche. Je n’ai plus qu’à attendre d’avoir un retour de leur part.

téléchargement
Etat-civil Reconstitué de Paris 1798-1860

La réponse pour confirmer la prise en compte de ma demande de Notre Dame de Lorette (Paris) m’a fait sourire. Ils ne peuvent pas me fournir rapidement l’acte car il s’agit d’un acte relativement vieux, 1849. Les archives se trouvant dans une partie difficilement accessible de l’église, ils ne s’y rendent que rarement et regroupent les demandes. Soit, la patience n’est-elle pas l’une des qualités nécessaire voire indispensable de tout généalogiste amateur ! Mais je n’ai pu m’empêcher d’imaginer la personne se rendant dans des catacombes, le flambeau à la main …

flambeaux
Descente aux flambeaux

…vive l’épine !

Ce n’est pas parce qu’une épine est vraisemblablement résolue qu’il n’y a pas de nouvelle énigme à résoudre.

Mon épine suivante concerne la famille de ma femme. Elle est moins compliquée à mon goût mais elle me pose problème. En effet, l’arrière-arrière-grand-père, dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprise (ici et ici), n’a pas de parents ! Enfin si, j’ai bien deux noms Jacques Roque et Marie Baills me cela s’arrête là ! Pour le moment j’espère. Car j’ai bien une piste, mais il s’agit d’un Jacques Roca et bien d’une Marie Baills. Or Roque en français peut être traduit par Roca en catalan. Cela sera mon nouveau fil rouge généalogique. De temps à autre, je ferais des recherches selon des angles nouveaux ou pas mais avec un nouveau regard sur les sources !

Tabula Rasa Project !

Courant septembre avec la sortie de la nouvelle mouture d’Hérédis, je me suis lancé dans un long projet. Reprendre ma généalogie depuis le début ! J’ai donc commencé une nouvelle généalogie en partant de mes enfants. Je me suis fixé une méthode de travail, des règles de nommages. Cela permet d’avoir un arbre un peu plus cohérent et surtout en reprenant les actes avec un peu de recul, je découvre (ou redécouvre) des informations sur ma famille. Je suis actuellement en train de traiter mes arrières-grands-parents. J’avance doucement, certes, mais je prends plaisir à reprendre plusieurs de mes ancêtres de 0. De plus, depuis l’époque où j’ai commencé ma généalogie de nouvelles sources sont disponibles. Notamment grâce au centenaire de la Première Guerre Mondiale.

2018-01-14_19h02_58
Avancement #TabulaRasa Heredis 2018

J’espère pouvoir avancer régulièrement sur ce sujet ! Mais la tâche s’annonce longue et prenante !

Généathème, ChallengeAZ, RDVAncestral …

Concernant la vie du blog, j’espère pouvoir (comme chaque année !) participer de temps à autre aux différents sujets proposés. Mais point de stress, on verra bien comment l’année va se passer, aussi bien au niveau personnel que professionnel. Car après tout, comme l’a si bien dit Valérie : « Les ancêtres m’attendent tranquillement, j’ai tout le temps de les trouver un jour !« .

Publié dans Généalogie, RDVAncestral

Mariage à Carnoët #RDVAncestral

Direction Carnoët, de nouveau pour le voyage temporel de ce jour. Je ne vous présente plus les protagonistes puisqu’il s’agit encore de Grégoire Boubennec et de sa femme Augustine Daniel.

J’arrive de nouveau sur la rue principale de Carnoët où j’ai abandonné Grégoire à ses occupations lors de mon précédent passage en 1925. Je ne sais pas si les affaires se portent bien, mais lorsque je les aperçois à la sortie de l’église, je trouve Grégoire fringuant dans son beau costume. Ils viennent tout juste d’assister à la messe d’un mariage. Nous sommes en septembre 1926 (date estimée par rapport à l’âge probable des enfants). Joseph, mon grand-père, marche à côté d’Augustine, du haut de ces 3 ans il gambade fièrement avec les grandes personnes, comme il dit. Raymond, son petit frère, est, quant à lui, dans les bras de sa mère. Ils se rendent près de la maison familiale des mariés pour prendre la photo de groupe et débuter le banquet.

À l’avant du cortège, les binious et les bombardes donnent le pas, suivi de la mariée et son père, la famille, l’arbre de noces [1], les amis et finalement, pour clôturer le cortège, nous retrouvons le marié au bras de sa mère.

Assis pour les uns, debout pour d’autres voire même débout sur des bancs positionnés le long de la façade du corps de ferme, les convives s’entassent pour être dans le cadre de la photo. En tout cas, je dois dire que c’est une autre époque. Les gens ne feignent même pas. Les cigarettes sont à la bouche et allumées sur la photo ! On ne ferait pas ça de nos jours…

La photo est prise. Il n’y aura pas de seconde ou bien de photos en rafales. Le coût est bien trop élevé. Nous faisons 3 ou 400 photos assez facilement de nos jours, mais ce jour-là seules 4 photos ont été faites. Les mariés seuls, la famille proche, le groupe et enfin une dernière sera faite lors du banquet.

mariage-breton-traditionnel
Mariage Breton à Scrignac http://www.culture-bretagne.net

Bien qu’il s’agisse d’un mariage breton en bonne et dû forme, il n’y a pas beaucoup de monde. La tradition se perd peu à peu depuis le début du siècle. Donc plus besoin de creuser des tranchées pour que tout le monde puisse manger assis. Ce soir, tout le monde pourra se targuer d’avoir pu manger à une table.

Le repas est fait à partir de mets apportés par les uns et les autres. Tout le monde participe à sa manière. Certains ont fourni le pain, d’autres des poulets.

En tout cas tout le monde s’amuse. Alors que le banquet se termine et que les danses bretonnes prennent le relais, je vois une drôle de chose. Certains jeunes gens et des plus vieux d’ailleurs, se dirigent vers l’arbre de noces pour y décrocher des petits sachets blancs. Qu’est-ce donc ?  En m’approchant je m’aperçois que ces petits sacs sont remplis de tabacs. Les mariés ont prévu un surplus pour ceux qui n’en n’auraient pas prévus assez pour toute la soirée.

L’heure se fait tardive et Augustine rentre avec les enfants tandis que Grégoire reste festoyer avec ses amis. Je reviens doucement au XXIème siècle avec des airs bretons plein la tête. Je ne sais toujours pas qui s’est marié ce jour-là. Et Raymond ne reconnaît personne sur la photo. Il était pourtant là, dans les bras de sa mère. Son frère devant lui et Grégoire debout derrière arborant sa belle moustache.

Mariage_1927-1928
Collection personnelle Mariage à Carnoët

[1]  L’arbre de noce est un arbre (laurier, houx…) qui est décoré pour l’occasion. Il est porté jusqu’à l’église par le cortège puis jusqu’au lieu du banquet. Il peut être décoré avec des petits sachets blancs rempli de tabac pour les invités.

Sources
Publié dans Généalogie, RDVAncestral

Rendez-vous chez le notaire #RDVAncestral

Je rejoins aujourd’hui Antoine Bérard, avec qui je n’ai pas de lien, et mon arrière-arrière-arrière-grand-mère Magdeleine Chalendard, sur la route d’Yssingeaux. Magdeleine est déjà mère mais le père n’a pas reconnu l’enfant. Nos deux jeunes tourtereaux n’ont pas encore convolé en juste noce, ce sera dans 2 semaines, le 8 Janvier 1868 au Pertuis. En attendant, ils se rendent ce 24 Décembre 1867 chez Maître Courbon pour rédiger leur contrat de mariage.

Je me trouve à l’entrée de l’étude et je vois arriver Antoine avec son père Pierre. Ils arrivent tous les deux de Saint-Julien-du-Pinet (à environ 11 km). Puis arrive quelques minutes plus tard, Magdelaine avec sa mère Martine Suc. Elles viennent de parcourir les 8 kilomètres qui séparent Yssingeaux et le lieu de la Vézolle au Pertuis.

Malgré le froid régnant en pareil saison dans cette région, tout le monde semble décidé à se rendre chez Maître Courbon.

L’ensemble des protagonistes est accueilli par le greffier de l’étude. Ce dernier accompagne le groupe dans le bureau de Claude Courbon. Le feu de l’âtre permet à tout le monde de se réchauffer un peu. Mais le notaire ne perd pas de temps. Nous sommes la veille de Noël, il ne faudrait pas qu’il soit en retard pour le souper !

Ils commencent par lister la constitution de la dot de Magdelaine :

  • ses gains et économies,
  • son trousseau (habits, nappes, linges et hardes),
  • objets mobiliers suite au décès de son père, dont elle jouit de moitié avec sa sœur, dont la valeur est évaluée à 550 francs,
  • droits immobiliers selon la même indivision.

Le mariage se fera sous le régime exclusif de communauté.

Arrive le moment de signer. Antoine est interpellé par le greffier et répond qu’il ne sait pas signer, tandis que sa femme prend la plume est signe d’une belle écriture. D’autres témoins, non-cités, signent également. Notamment de la famille de la mère de Magdeleine, car l’on retrouve plusieurs signatures aux noms de Suc.

2017-07-19_15h42_45
Signatures au bas du contrat

Maintenant que ces documents sont faits, tout le monde s’emmitoufle pour retourner affronter le froid de ce mois de décembre. Des mains sont serrées chaleureusement tandis que quelques belles accolades concluent cette journée avant que tout le monde ne se retrouve pour le grand jour au Pertuis pour le mariage tant attendu.

 

Publié dans ChallengeAZ, RDVAncestral

Typhoïde #RDVAncestral

Aujourd’hui destination la ville de Dinan en 3 avril 1886. Allons à la rencontre de l’un des fils de Cécile VIEL & Félix CORNÉE. N°9 au tirage dans le canton de Châteaugiron, il est en service depuis décembre 1885 au 12ème Régiment de Hussard ! Comme d’habitude, je me retrouve catalpulté dans une nouvelle époque. J’arrive Rue de la Petite Haie où se situe le quartier Beaumanoir. Il s’agit du quartier militaire où est cantonné le régiment.

Ce régiment est basé en Bretagne, depuis la fin 1876. C’est en effet à cette époque que les nouveaux bâtiments sont livrés. Le 24ème Dragon et le 12ème Hussard s’y installent. Hasard du calendrier (ou non), c’est aussi à cette époque que le maire de Dinan, Antoine Jacquemin, autorise l’ouverture d’une maison spéciale ; une maison pour le plaisir et le délassement du guerrier.

Le régiment de François a pour devise “Honneur & Patrie”, il a combattu notamment lors de la bataille de Marengo en 1800. François sait lire et écrire comme l’indique sa fiche matricule. Il est châtain et mesure 1m63, les yeux roux et le front ordinaire. Avant d’arriver au service, il travaille au café de Saumur. Il est bien loin de ses parents toujours résidants de Servon-sur-Vilain où il est né le 1er Mars 1864.

Depuis le 5 Décembre 1885, François doit effectuer les différents exercices avec ces compagnons. Je me rends donc sur le champ de manoeuvre qui dans une commune voisine à Aucaleuc pour essayer de le voir. Mais hélas mes efforts pour l’apercevoir chevaucher fièrement sont vains. J’aperçois par contre le Colonel Toscan du Terrail, chef de corp du régiment. Prêt de lui la liste des soldats en exercice ce jour. C’est bien ce que je craignais, le nom de François ne figure pas sur cette liste des présents mais sur celle des malades.

2017-07-30_18h13_13

Finalement direction l’hospice des catherinettes, qui sert d’hôpital militaire depuis 1874. Cela fait plusieurs jours qu’il est très fiévreux et qu’il délire. Nous sommes déjà dans une phase avancée de la maladie. Il souffre de la fièvre typhoïde. Les commentaires du médecin sur son dossier ne sont guère encourageants. Bien que l’on sache déjà traiter cette maladie à cette époque, il semble que François ait été mal diagnostiqué ou bien simplement qu’il n’a pas été réceptif au traitement car il décédera 2 jours plus tard à l’hôpital. Je suis arrivé trop tard !

D - 1886 - CORNEE François
AD22 – Vue 427/570

Une épidémie touchera les deux quartiers à l’été 1889 qui fera 12 morts. Les quartiers militaires seront rétrocédés à la commune en 1998 après la fin d’activité militaire sur ces sites. La volonté a été d’ouvrir les anciennes casernes aux Dinannais en aménageant l’environnement et en conservant le plus possible les anciens bâtiments.

Sources
Publié dans ChallengeAZ, Généalogie

Y comme Yssingeaux

Un article du ChallengeAZ hors délai, mais il paraît que les commissaires de courses sont indulgents ! De plus, c’est aujourd’hui son anniversaire ! 89 ans ! Bon anniversaire … 

L’explosion d’un train de munitions lors du bombardement du 17 juin 1940 a décidé ton père ! Vous vous rendrez chez ses parents à Yssingeaux.

17-juin-40-la-gare-de-triage-bombardee
17 juin 40, la gare de triage bombardée (Ouest-France)

Jean, ton père, travaillait rue Saint-Hellier, chez Jean & Beuscher, près de la gare de triage, qui fût prise pour cible par les allemands. Des trains de réfugiés et de militaires y étaient stationnés, ainsi qu’un train de munitions qui explosa… Rennes dénombra près de 2000 morts. Le soir même vous partiez à vélo pour Vezin-le-Coquet, commune voisine de Rennes, dans une ferme où vous aviez l’habitude de vous rendre pour acheter du lait, des poulets. Le lendemain, Jean et Jeanne, tes parents, sont retournés chez vous à Rennes chercher des affaires.

Au même moment l’armée allemande entre dans la ville et l’occupera jusqu’au 4 Août 1944 lorsque l’armée américaine arrivera.

Le soir du 18 Juin, tu es à l’entrée de Nantes, tu parcours ce chemin sur le vélo de ton père. Tandis que ta mère, aussi à vélo, porte les valises. Vous vous arrêtez aux abattoirs pour dormir. S’y trouve des militaires français. Ces derniers te proposent du “singe”. Beurk ! Ce n’était qu’un surnom pour du Corned-Beef issu des rations. Tu refuses et tu reprends la route pour Yssingeaux dès le lendemain. Que c’est loin, tu dors dans des fermes sur le chemin, le foin gratte, les nuits ne sont pas aussi paisibles qu’à la maison. Heureusement sur la route les gens vous offrent des fois le gîte. A Sarlat, par exemple, tu as pu dormir dans un vrai lit et tu as goûté pour la première fois du foie gras. Dire que tu pensais manger un simple pâté. Quelques jours plus tard tu arrives enfin dans la commune de tes grands-parents, la fatigue est bien présente, c’est un sacré périple que tu viens d’accomplir avec tes parents.

Il est tard, il fait nuit mais Firmin et Constance, tes grands-parents, vous attendent. Tu vas y passer l’été. Tu as trouvé quelques copines avec qui tu as joué durant l’été. Mais pas seulement, avec ton grand-père, tu partais en forêt aussi, chercher les champignons et aussi des pommes de pin afin d’alimenter la cheminée. Il était toujours devant toi lors de ces balades avec sa branche de coudrier à la main afin de faire fuir les vipères, nombreuses dans les bois durant l’été.

dscn5522
La ligne de démarcation 1940/1942 http://www.tampow3945.com

Courant Août, tes parents décident de retourner à Rennes. La guerre est “finie”, les temps sont plus calmes. Tu remontes jusqu’à Vierzon où il faut passer la ligne de démarcation. Le passage se fait par un petit pont au dessus du Cher. Tu as peur. Les allemands vérifient tous les papiers, fouillent les valises. Personne n’est serein, l’occupant n’est pas franchement amical. Une fois les contrôles passés, tu rejoins quelques centaines de mètres plus loin, la gare. Direction Rennes. Comme lors de ton arrivée à Yssingeaux, tu arrives de nuit chez toi, Denis Papin, le propriétaire est resté lui, vous ne faites pas de bruit, mais le sommeil de la grand-mère au rez-de-chaussée est léger. Elle vous entend. La vie reprend son cours. Jean au garage, Jeanne à l’arsenal et toi, bientôt en tant qu’apprentie coiffeuse.

Et puis ça a recommencé, l’alarme a sonné, les forteresses volantes américaines lâchent leurs chapelets de bombes de très haut. La précision n’est pas forcément au rendez-vous et tu vois des rues entières de bâtiments se coucher. Ton père t’avait dit de te réfugier à plat ventre le long de la Vilaine, sur les berges en cas de bombardement. Vous retournez de nouveau à Vezin-le-Coquet chaque soir pour y dormir. La zone n’étant pas bombardée, vous y êtes en sécurité.

Retour en 2017, tu es toujours là, tu vécus de terribles moments durant cette période, tu es l’arrière-grand-mère de mes enfants et tu files tranquillement vers tes 90 ans. Car toi, tu n’avais que 12 ans au début de ces événements tragiques, toi, Gilberte Chalendard, ma grand-mère maternelle.

Sources