Publié dans Divers

Sant Jordi

Je n’ai aucune racine directe en Catalogne, quelle soit française ou espagnole, mais ma femme oui ! Bien que ce que je vais vous raconter ne traite pas de généalogie, je voulais vous faire connaître cette fête. Après tout, il s’agit d’histoire et de contes vernaculaires, n’est-ce pas une part de la généalogie ?

 

J’ai donc eu l’occasion de découvrir cette fête que je trouve très sympathique depuis quelques années maintenant : La Saint Georges ou en catalan la Sant Jordi. C’est une sorte Saint-Valentin en Catalogne où les hommes doivent offrir une rose à leur chère et tendre. En retour, leur dulcinée doit lui offrir un livre. En plus de célébrer le Saint Patron des Catalan, le 23 Avril est aussi la Journée Mondiale du livre et du droit d’auteur.

 

La tradition de la rose semble remonter au XVème siècle, époque à laquelle il est possible de trouver des documents parlant de la foire des roses[1]. Tout viendrait de l’histoire de Saint-Georges et du dragon. Il existe plusieurs versions de cette histoire. Mais celle que je préfère est la version où les habitants d’un village terrorisés par un dragon sacrifiaient chaque jour un agneau et une jeune fille à ce dernier. Puis un jour, le sort voulu que ce soit l’unique fille du roi qui soit désignée pour être offerte au dragon. Georges de passage de ce village sauva la jeune fille en terrassant le dragon et de la blessure jaillit des roses. Le chevalier Georges devint patron de l’Angleterre et de la Catalogne.

 

Bréviaire de Martin d’Aragon Espagne, Catalogne, 1398
Concernant le livre, la tradition est beaucoup plus récente puisqu’elle remonte au début du XXème siècle quand un éditeur barcelonais en 1926 souhaita célébrer le livre le jour de l’anniversaire de la mort de Cervantes le 23 Avril 1616 (qui se trouve être aussi la date à laquelle Shakespeare disparu).

 

Et voilà comment chaque 23 Avril, 7 millions de roses sont échangées en catalogne…

 

Publié dans Généalogie, Utilitaire

Récupérer les actes sur les archives en ligne – 2

J’avais prévu de poster cet article bien plus tôt mais le travail et la famille ont pris le dessus. Néanmoins, comme on dit, vaut mieux tard que jamais.

L’aude et les Pyrénées-Orientales – Gaia 9


 Ces deux sites d’archives utilisent Gaia 9 pour permettre la visualision des actes. L’affiche se fait selon un niveau de zoom. Celui qui nous intéresse est le 50 (pourquoi cette valeur je ne sais pas, mais de manière empirique à l’aide des outils de développement).

11_01
Recherche de l’image
11_02
Affichage d’un morceau de l’acte

En double-cliquant sur l’image 50, on arrive sur une page avec une url reconstituée. En changeant quelques valeurs de manière aléatoires, on se rend compte que les dernières valeurs correspondent à la zone à afficher de l’archive.

11_03
Construction de l’URL

En vert, les coordonnées et en bleu la taille de l’image en sortie.

En remplaçant, les derniers chiffres par : 0/1/0/1/1/1/1/1/1500/900/0/50.

Il suffit donc de régler les dimensions pour obtenir une image correcte et de sauvegarder l’image.

11_04 - Antugnac 1790-1802 vue 18
Antugnac 1790-1802 vue 18

Le fonctionnement est équivalent sur les archives du 66 excepté les séparateurs @ de l’Aude qui sont des /. Mais le but est toujours à la fin de mettre les informations de zoom et coordonnées pour obtenir une image complète.

La Manche et le Finistère – Mnesys 2.0


À partir de maintenant le travail est plus compliqué. Chaque archive est représenté par un fichier xml contenant la liste des pages à afficher et ensuite une fois les pages isolées il faut récupérer toutes les images qui constitue l’acte. En effet, la visionneuse découpe les images de chaque acte de manière matricielle.

50_01
Fichier XML

La suite de numéro avant l’extension correspond au document d’archives que l’on retrouve dans l’url de la page principale. Ce fichier n’est utilise que dans le cadre d’un petit utilitaire qui pourrait être développé. Les images se suffisent à elles-mêmes.

50_02
Contenu du fichier XML
50_03
On retrouve la référence

 

50_04
Liste des images en fonction du zoom

On trouve donc comment se nomme les images. x_yy.jpg

50_05
Récupération d’une image

x correspondant au niveau de zoom (3 étant semble-t-il la valeur la plus haute). Ensuite, il faut juste incrémenter les valeurs pour récupérer toutes images.

Finalement, il suffit de faire un fichier plat avec la liste des images et d’utiliser un utilitaire de téléchargement et lui donner la liste de fichier à charger. Ensuite la reconstruction se fait à l’aide de le programme présenter par Jimbo.

Le fonctionnement est identique pour le Finistère.

L’Ille-et-Vilaine – Thot


Le pire des sites d’archives car dans le cadre d’un utilitaire, il faut tenir compte des cookies. Il y a en effet des données qui dépendent de la session active.

Néanmoins pour une récupération manuelle, le fonctionnement est assez proche de celui de Mnesys. La différence réside principalement dans le découpage.

Les images sont découpées et nommées avec des coordonnées x,y.

Nom d’une image : zoom_colonne_ligne.jpg