Publié dans Divers, Généalogie

It’s a small world after all !

Rassurez-vous je ne parlerais pas ici de la maudite chanson de l’attraction de Disneyland, La Maison des Poupées ! Vous savez, ce divertissement musical dont la mélodie vous colle à la peau pendant des heures. Non, je ne vous imposerais pas cela !

Bref, tout pour dire que le monde est petit ! Je vais vous raconter une petite anecdote que j’ai vécu grâce à la généalogie.

Les hasards de la vie !


Lors de mes premières recherches sur la plateforme Généanet, j’ai utilisé l’outil de recherche à partir de mon arbre. Cet outil permet de rechercher rapidement des personnes qui ont publié leurs arbres sur ce site et qui ont des ancêtres en commun avec moi.

Outil de comparaison (Généanet)
Outil de comparaison (Généanet)

Et là je trouve par hasard que mes beaux-parents sont présent dans un autre arbre disponible sur le site. Je trouve cela assez bizarre sachant que personne dans l’entourage proche ne fait de recherches généalogiques. Je vais voir la page de cette personne et il s’agit bien de ma belle-famille et en remontant la branche maternelle de ma femme (la seule présente), je retrouve bien les bonnes personnes. Il ne s’agit pas de la lignée SOSA de la personne qui possède cet arbre.

C’est à ce moment que le nom de l’utilisateur me fait tiquer. Je sais bien que les cas d’homonymies sont choses courantes mais je vais tout de même vérifier. Je connais une personne portant les mêmes nom et prénom et pour m’assurer qu’il s’agit bien de cette dernière je vais voir sa fiche pour contrôler le nom de sa femme.  Si cette personne est bien celle à qui je pense, sa femme devrait être mon professeur de mathématique lorsque j’étais en cinquième. Je vérifie et là, soit c’est un double cas d’homonymie, soit je viens de retrouver mon professeur. Je n’y crois pas et j’envoie donc message via Généanet à ces personnes. J’ai une réponse dans l’heure, il s’agit bien d’eux !

Une longue histoire


Là où cette anecdote est d’autant plus troublante et amusante vient du fait que ce professeur de mathématique en 5ème m’était déjà étrangement lié. En effet cette dernière est la femme d’un collègue de travail de mon père. Nous l’avons découvert lors d’un weekend organisé par le travail de mon père où je me suis retrouvé nez-à-nez avec elle. Première surprise !

Bref, la vie suit son cours et on se perd de vue. En 2002, soit 7 ans plus tard, je fais la queue tranquillement à l’IUT d’Aix-en-Provence, pour y déposer mon dossier. Et je l’aperçois dans la file d’attente avec sa fille qui s’inscrit elle aussi… dans le même département et nous serons dans la même classe !

Et comme d’habitude, on  garde un peu contact et puis finalement on se reperd de vue. Nous voilà en 2012 et je retombe sur eux !

Nous sommes cousins … très éloignés !


Et alors est-ce juste un hasard, un relevé systématique ou bien avons-nous un lien de cousinage ? Et bien c’est la dernière proposition qui est la bonne ! Joseph PARAYRE né vers 1679 à La Boule d’Amont (66 – Pyrénées Orientales) qui a eu au moins deux enfants.

Maria Francisca pour la branche du mari de mon professeur
cornebois
Outil calcul de parenté sur Généanet
Francesch Galdéric pour le côté de ma femme
Outil calcul de parenté sur Généanet
Outil calcul de parenté sur Généanet

Cela me rappelle un article que j’avais lu concernant la petitesse de notre monde et des relations entre les personnes (Étude du petit monde).

Et vous avez-vous trouvé des relations atypiques dans vos recherches ?

Publié dans ChallengeAZ

#Challenge AZ – Un bilan fouyouyouille !

Et voilà la mouture 2014 du Challenge AZ proposé par Sophie Boudarel se termine. Chaque généabloggeur a posé la plume et il est maintenant venu le temps du bilan.

26 Lettres et une 60aine de blogueurs qu’est-ce que ça donne ?


Cela génère quelques 1426 articles (à ce jour sur Evernote) et il doit m’en rester plus ou moins 1400 à lire !

Vais-je tous les lire ou plutôt vais-je avoir assez de temps pour tout lire ? Non, je ne pense pas. Les parcourir ? Peut-être ! J’en lirais néanmoins un maximum. Car si la rédaction est un travail surmontable, bien que les recherches d’idées soient chronophage, la lecture des autres blogs est un travail titanesque.

J’ai déjà lu quelques articles dont les titres étaient accrocheurs ou bien énigmatiques. J’ai aussi parcouru les articles dont le thème était le même que moi afin de voir comment les autres personnes avaient abordés le sujet.

Les thèmes et l’écriture


Je ne suis pas poète ni très littéraire mais j’aime bien parler. Du coup la rédaction des différents articles, sachant que je ne cherchais pas forcément à en rédiger de très long, n’a pas été trop difficile. Je tiens malgré tout à remercier ma chère et tendre pour la relecture des articles, afin de chasser les dernières fautes d’orthographes, frappes, non-sens, redondances… même s’il est possible qu’il en reste. Un grand merci aussi à l’université de Caen pour son aide indirect pour son outil de synonymes (par ici pour les curieux).

Par contre les thèmes ! Rédiger un article par jour avec de la matière c’est assez simple. Mais quand il faut que le titre/thème de ce dernier doit commencer par l’une des lettres de l’alphabet la tâche se corse. Deux ou trois petites pirouettes pour la lettre K, O et le R, l’inspiration ne m’étant pas venue.

Et finalement je ne suis pas trop mécontent de mes thèmes certains auraient peut être mérités plus de recherches et de détails, mais encore et toujours le temps manque.

Mais qu’en retire-ton ?


Et bien pour ma part, cela m’a fait réfléchir un peu plus sur ce que je pourrais faire de toutes ces petites trouvailles. J’ai aussi plus envie de reprendre contact avec les sœurs & les frères encore vivants de mes grands-parents afin de récupérer les informations en leur possession. Nous verrons bien si les histoires de familles ne m’empêcheront pas d’obtenir de nouvelles pistes.

J’en ai aussi retiré une certaine fierté. Je n’avais jamais rien écrit et participer à ce challenge d’écriture généalogique m’a occupé et m’a même presque hanté. Car les soirs où je ne savais pas quoi écrire pour le lendemain … Aïe Aïe !

Et demain ?


La suite de l’aventure va passer par des déplacements aux archives pour consulter les documents qui ne sont pas encore numérisés ou qui ne le seront peut être jamais. Quelques contrats de mariages, des dossiers militaires et bien d’autres documents, je n’en doute pas.

Mais on va commencer par se poser et lire la prose des autres participants qui j’en sûr serons une mine d’information et d’idées pour la suite de nos aventures.

Un grand merci à toutes et tous et tout particulièrement à Sophie qui organise tout cela pour nous.

À l’année prochaine !