G comme Grave Blessure

le

Nous sommes à la fin du printemps 1918. Grégoire BOUBENNEC est soldat de seconde classe au sein de la 4ème compagnie. Il est comme beaucoup de français bien loin de chez lui et de ses proches.

Je m’en vais donc retrouver mon arrière-grand-père quelques jours auparavant. Nous testons aujourd’hui avec les personnes d’ITC une nouvelle option : les micros-sauts. Nous pouvons donc arriver un jour particulier et faire avance rapide vers un autre jour. Cela nous permet de suivre l’évolution sur plusieurs jours.

17 Avril 1918

Après avoir quitté quelques jours auparavant l’Italie, Grégoire descend du 2ndtrain à Éplissier. Les traits sont tirés. Depuis 5 jours, ils ont traversé la France du Sud vers le Nord. Les wagons ne sont pas très spacieux ni très classieux. Ils dorment comme ils peuvent en sachant qu’ils se rapprochent à nouveau du front.

2 Mai 1918

Direction un village au Nord d’Amiens, Saint-Vaast-en-Chaussée. Beaucoup de marche ! Grégoire ne semble pas plus en forme mais la mine est moins grise. La fatigue physique est une chose mais au moins ils ne sont plus entassés les uns sur les autres.

15 Mai 1918

Grégoire profite, je le vois même rire à l’arrière des camions qui le transportent  lui et ses camarades jusqu’à Rumilly.

31 Mai 1918

Le bataillon quitte Rummily et embarque à la gare de Wilzernes pour arriver à Trilport le 4 Juin. Grégoire est sa compagnie sont dans le second train. C’est reparti ! Ils montent les uns derrières les autres dans les wagons, mais le cœur n’y est pas. Heureusement que je peux passer d’un moment à un autre car ces journées de train auraient été d’une longueur…

7 Juin 1918

Dans les environs de Crouy-sur-Ourcq, le bataillon est pris à partie. Le capitaine Blondeau de la seconde compagnie est mortellement touché et 3 autres soldats sont blessés.

8 Juin 1918

Suite aux mouvements de la nuit du 7 au 8, les allemands déclenchent une contre-attaque arrêtée par la 1ère compagnie tandis que des bombardements touchent le quartier du bataillon. Pour la seconde fois, Grégoire est blessé. Cette fois par un éclat d’obus à l’omoplate droite. Je le vois sur cette civière, le dos bandé. Il est porté dans l’ambulance 14/13.

St - 1918 - BOUBENNEC Grégoire - 1
Formulaire 46 C pour sortie

Il sortira de l’hôpital le 25 juin 1918. Je ne sais pas encore où il est parti. Je ne retrouve sa trace de manière certaine qu’en novembre 1918 à Grasse. Il obtiendra une carte d’invalidité de 20% à cause de ses blessures.

réforme Grégoire001
Carte d’invalidité (Collection personnel)

Sources

  • Formulaire 46C de Grégoire BOUBENNEC (SAMHA)
  • JMO du 115e BCA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s