F comme Froid

Départ pour la nouvelle destination. Carhaix en 1939. Le voyage n’est pas aussi tranquille que d’habitude. Je suis quelque peu chahuté mais l’opérateur m’indique que cela est dû la rude météo qui m’attends devant le lycée de mon grand-père.

Je flotte dans les couloirs à la recherche de Joseph et Raymond. Ils étaient tous les deux présents à cette époque. Bien que n’étant que présent sous une forme ectoplasmique je ressens le froid dans les couloirs. Le double-vitrage n’était pas encore la norme, le froid s’immisce facilement dans les longs couloirs bordés de mur en granit.

348_001
Carte postale (Delcampe)

Je finis par retrouver mon grand-père et son frère au niveau de la cantine. Sont-ils venu chaparder de la nourriture ? En m’approchant d’eux pendant qu’ils retournent vers les dortoirs, je les entends discuter de céleri. Bizarre !

Joseph : Heureusement que Mamie Marie (NDE[1] la grand mère paternelle, Marie LE FOLL) nous avait parlé de ça !

Raymond : Oh que oui, car avec des engelures, rien de vaut un petit bain d’eau de céleri pour que les douleurs diminuent.

Joseph : Tu te souviens ce qu’elle nous a dit quand on lui a répondu que son remède de grand-mère ne marcherait pas ?

Joseph & Raymond en cœurTe zo sod ha me zo finn ! dirent-ils dans un éclat de rire.

Bruit : Crac !

Joseph : Qu’est-ce que c’est que ce bruit ?

Raymond : Zut ! J’ai marché sur mon peigne, il est cassé !

Joseph : On en parlera aux parents dans le courrier qu’on va faire.

Raymond  : Dis leurs que marraine est malade et qu’elle m’a envoyé 10 francs. J’espère que Maman me mettra une camisole car le pull n’est pas si chaud avec le temps que nous avons.

[1] Note de l’ectoplasme

Sources

Récit imaginé à partir des courriers retrouvés entre les deux frères & leurs parents retrouvés chez Raymond. Merci à ma cousine éloignée de les avoir partagés avec moi. Le lycée où ils étaient n’existe plus a priori. Car en cherchant le nom du lycée, je n’ai trouvé que 2 lycées sur la ville de Carhaix mais datant de bien après la guerre. Encore des pistes à suivre. 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Annick H. dit :

    Je croyais que vous étiez dans les couloirs de mon ancienne Ecole Normale!!! Là aussi il y faisait froid en hiver. Ça ne faisait rien car nous descendions dans les caves pour aller à nos « boites à provisions » (toutes fermées au cadenas bien sur!) et y déguster le chocolat, les gâteaux et les confitures que nous ramenions de chez nos parents dans nos sorties mensuelles. Rien de tel pour nous ravigoter et oublier le froid!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s