T comme Tabac

le

Je me suis rendu aux Archives d’Ille-et-Vilaine l’année dernière et lors de la recherche d’informations sur mon fameux couple Cornée ~ Viel, j’ai regardé les documents liés aux informations militaires mais côtés pensions. C’est alors que je suis tombé sur une drôle de lettre de 1849 écrite à Monsieur Louis-Napoléon Bonaparte, Président de la République.

En substance, Eugène Didier, l’auteur de la lettre, explique que son père s’est battu de 1792 à 1815, notamment dans les Armées Napoléoniennes, qu’il fût réformé en 1815 à cause des ses honorables et nombreuses blessures, et qu’il obtint en 1804 un bureau de tabac à Montfort-sur-Meu (Ille-et-Vilaine) qui pouvait rapporter jusqu’à 1 800 francs par an (1 franc ≈ 2 €). Les débitants de tabac à l’époque était souvent des anciens combattants ou bien des veuves & orphelins de soldats.

Hélas, le père d’Eugène, perdit se droit à la chute de l’Empereur en 1815. On apprend dans la lettre qu’il mourut 18 ans plus tard dans la misère. Il énonce ensuite les statuts de ses frères et sœurs et fait appel à la générosité du président en remerciement pour les souffrances que son père a vécu pour la « cause et Monsieur son oncle (Napoléon 1er, ndla) ».

 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s